samedi 27 mai 2017

Brève de foot...




J'aime pas le football. 

J'arrive pas à m'intéresser à un sport de ballon où le dit ballon n'est pas ovale. Sans rire, t'as déjà vu un joueur de foot qui se prend un petit coup au tibia? Il se roule par terre, pleure, appelle sa mère, l'arbitre et un prêtre pour recevoir les derniers sacrements!

Si j'en crois un creux du bulbe qui m'a apostrophé ce matin chez le libraire, n’étant pas un supporter de foot et des diables rouges, je suis un "mauvais belge". Outre le terme qui pue les purges haineuses, les femmes tondues et l'épuration, et sans vouloir m'en prendre nullement à nombre de mes amis qui, curieusement, préfèrent un ballon rond à un ballon ovale (pourtant seul digne de ce nom), j'ai envie de répondre ici à cette invective stupide. 

Qui es-tu, cretin décérébré, pour mettre en doute mon patriotisme? J'ai servi mon pays sans me croire obligé de foutre une chaussette tricolore sur mon rétro ou une biroute de caniche - oups, 'scuse, une corne - sur ma bagnole (du reste, je n'ai pas de bagnole). 

Et il n'est pas certain que tu puisse en dire autant, toi qui critique sans doute l'action des joueurs sans être, je l'imagine, capable de courir seulement 100 m sans risquer l'infar', toi qui te dis sportif parce que tu bois de la Jupiler en commentant avec compétence (ironie, ne te méprends pas) les actions de gens qui en savent plus que toi sur le football (et que moi aussi, ignare que je suis ). 

Aussi, je n'hésite point à te le dire sans fard, que je te pisse à la raie, ce qui, nous plaçant "de facto" sur un certain pied d’intimité (je ne m'occupe pas de la raie de tout le monde), me permet de te faire par surcroît, une confidence : je n'ai passé, de ma vie, qu'une seule soirée devant un match de football. C'était en 1986, et ça m'a permis de voir télé-visuellement la réalité de l'esprit sportif des hordes de tes semblables, fraternellement unis dans la haine de l'autre.